loading...
FR EN

30%

L’allergie au pollen touchent près de 30% des adultes

LES CHIFFRES CLÉS

Les allergènes (chats, chiens, blattes, pollen, etc.)

Un allergène est une substance étrangère (ou antigène) capable de déclencher une réaction allergique lorsqu'elle est en contact avec notre système immunitaire que ce soit par inhalation, contact ou ingestion. Parmi les allergènes, nous retrouvons fréquemment dans l’air intérieur les allergènes de chat, de chien, de blattes, de moisissures et d’acarien, sans oublier les pollens.

L’allergie au pollen touchent près de 30% des adultes

Le grain de pollen est indispensable pour la reproduction des plantes. Il peut être disséminé par les insectes ou par le vent. C’est dans ce deuxième cas de figure que le grain de pollen peut déclencher une réaction allergique appelée également pollinose.

Chaque espèce de plante possède sa propre capacité, faible, modérée ou forte, pour déclencher une allergie : c’est le potentiel allergisant. Il faut noter également qu’un calendrier des allergies au pollen existe et concorde avec la période de pollinisation spécifique à chaque espèce.

Les animaux domestiques peuvent également être responsables de réactions allergiques

La salive, la peau, les glandes anales des animaux domestiques (chat, chien, etc.) sont des réservoirs d'allergènes. Les chats seraient responsables des 2/3 des allergies aux animaux. Certaines études tendraient à prouver que le chat mâle est plus allergisant que le chat femelle ou castré.

Chez les patients souffrant d’allergies au chat et/ou d’allergies au chien, les symptômes peuvent être : rhinite (nez qui coule, éternuement), conjonctivite (yeux rouges qui piquent), asthme (gêne respiratoire, sifflement, toux). Le risque d’allergies au chat et au chien existe encore pendant plusieurs années même après le départ de l'animal car les particules allergisantes sont toujours présentes dans la moquette, sur les canapés, dans les rideaux, etc.

Les blattes peuvent également être allergisantes

La problématique d’allergie aux blattes est croissante depuis quelques années. Les déjections et les débris de mue des blattes peuvent être responsables d'allergies qui se traduisent par une rhinite allergique ou de l'asthme.

La blatte a une grande résistance dans des milieux de vie défavorables. Elle est omnivore et sa résistance au jeûne peut durer plusieurs semaines. Une blatte vit 1 à 2 ans, laps de temps au cours duquel elle pond 300 œufs. Une seule blatte peut ainsi avoir 100.000 descendants au bout d'un an. Elle affectionne les locaux humides, chauds, sombres et pourvus de nourriture.

Plusieurs allergènes de blatte ont été identifiés. Les allergènes majeurs se nomment Bla g 1 et Bla g 2. Traditionnellement, ils se retrouvent essentiellement sur la carapace de l'insecte, mais une étude coréenne conclut à leur présence dans les excréta davantage que sur la carapace. Ces allergènes sont portés par des particules de taille telle qu'elles sédimentent spontanément au sol, en l'absence de mouvement d'air. La réaction allergique se déclenche alors lorsque ces particules sont remises en suspension et pénètrent dans le système respiratoire de l’individu allergique.

Quelques conseils pratiques pour lutter contre les allergènes

En cas de symptôme, le retrait de l'animal demeure évidemment le traitement le plus efficace. La séparation pouvant être pire que le remède, si vous ne voulez pas vous séparer de votre animal, prenez les mesures nécessaires :

  • Laver votre animal fréquemment avec un shampoing adapté,
  • Le brosser régulièrement à l'extérieur de votre logement,
  • Passer l'aspirateur 2 fois par semaine,
  • Lui interdire l'accès aux chambres,

 Quand vous faites le ménage, pensez à :

  • Ouvrir la fenêtre quand vous passez l'aspirateur,
  • Si vous êtes asthmatique, vous pouvez utiliser des aspirateurs équipés de filtres HEPA.

Dans le cas d’une contamination par des allergènes de blattes, commencez par respecter une hygiène stricte des sols de la cuisine et des salles d'eau et évitez le stockage des ordures. Pour être efficace dans les immeubles collectifs, la désinsectisation doit être effectuée dans tous les appartements, les couloirs, etc. Les produits irritants doivent être utilisés en dehors de la présence des habitants.