loading...
FR EN

CAMPAGNES

Suivi longitudinal pendant 3 ans de la qualité de l’air intérieur, du confort et des consommations d’énergie dans deux maisons performantes en énergie

Deux ans de suivi pour deux maisons performantes en énergie

Parmi les 7 maisons performantes en énergie instrumentées en période d’inoccupation et d’occupation (été et hiver), 2 ont poursuivi l’expérimentation sur 2 années supplémentaires conduisant à un suivi longitudinal d’une durée totale de 3 ans. Les retours d’expériences sur l’utilisation des systèmes de ventilation mécanique double flux montrent notamment la nécessité d’améliorer encore leur robustesse et la simplicité d’usage et de confier leur entretien et leur maintenance à des spécialistes plutôt qu’aux occupants.

Découvrez le rapport "Suivi longitudinal de la qualité d’air, du confort des occupants et des consommations énergétiques réelles de deux bâtiments performants en énergie sur une durée de trois ans" dans la partie téléchargements de cette page (bientôt disponible).

Le bois à l’origine de concentrations élevées en aldéhydes et en terpènes

En termes de QAI, les concentrations élevées des aldéhydes (hexaldéhyde, formaldéhyde, acétaldéhyde) et des terpènes (alpha-pinène et limonène) semblent liées à l’utilisation du bois notamment comme matériau de construction. La concentration des polluants chimiques diffère au cours du temps : stabilité pour certains, diminution progressive ou augmentation liée aux activités humaines pour d’autres. En termes de confort, les occupants sont globalement satisfaits du confort thermique et acoustique de leur habitation bien que des gênes aient été identifiées ponctuellement.

En termes de consommation énergétique, les deux habitations ont des consommations annuelles globales en énergie finale atteignant le tiers de la consommation actuelle des résidences principales françaises. Par ailleurs, comparées aux exigences conventionnelles des deux labels énergétiques visés, ces consommations se rapprochent de leur objectif de référence respectif.